Cancer du poumon

2008


ANALYSE

5-

Mortalité et évolution

En 2003, 26 214 décès par cancer du poumon ont été observés en France métropolitaine1 . Quatre décès sur cinq concernent des hommes (20 996 décès) et 1 sur 5 des femmes (5 218 décès). Le nombre de décès est très faible avant 35 ans (49 décès) puis augmente fortement avec l’âge : 740 décès entre 35 et 44 ans, 9 600 entre 44 et 65 ans et 15 825 après 65 ans (60 % du total des décès).
En 2003, le taux de décès standardisé par âge sur la population française (1990) est de 39,7 pour 100 000 habitants par an. Il passe de 18,7 pour 100 000 avant 65 ans à 160,8 pour 100 000 après cet âge.
L’écart entre les deux sexes est très marqué. Le taux de décès des hommes (standardisé par âge) est 5 fois plus élevé que celui des femmes. Le sex ratio augmente avec l’âge passant de 4,2 avant 65 ans à 6,0 après 64 ans.

Évolution de la mortalité selon l’âge et le sexe

Le nombre annuel de décès par cancer du poumon a plus que doublé en 30 ans en France. Il est passé d’environ 12 000 au début des années 1970 à plus de 26 000 en 2003 (figure 5.1Renvoi vers). Le taux de décès standardisé sur l’âge a moins progressé, mais l’augmentation reste importante (taux de décès passant de 27,3 à 39,7 pour 100 000, soit + 46 %). Cette hausse n’a cependant pas été régulière. Elle a été nettement plus marquée au cours des années 1970 et 1980 qu’au cours des années 1990. De plus, elle varie sensiblement en fonction du sexe et de l’âge (figure 5.2Renvoi vers ; tableaux 5.Irenvoi vers et 5.IIrenvoi vers) (Aouba et coll., 2007renvoi vers).
Entre 1973 et 2003, les taux de décès standardisés sur l’âge ont progressé modérément pour les hommes (+ 29 %) et très fortement pour les femmes (+ 124 %).
Pour le sexe masculin, l’augmentation a été très importante durant les années 1970 et 1980. Au cours des années 1990, les taux de décès sont restés stables puis un changement de tendance s’est amorcé (décroissance) à partir du début des années 2000. L’accroissement durant les années 1970 a été plus marqué pour la mortalité après 64 ans alors que celle des années 1980 a été un peu plus importante pour les moins de 65 ans. Durant les années 1990, les évolutions pour les hommes ont été du même ordre, quel que soit l’âge.
Figure 5.1 Évolution des effectifs annuels de décès par cancer du poumon selon le sexe entre 1973 et 2003, en France métropolitaine (d’après CépiDc-Inserm)
Figure 5.2 Évolution des taux de décès par cancer du poumon selon le sexe entre 1973 et 2003 en France métropolitaine (d’après CépiDc-Inserm)

Tableau 5.I Effectif et taux de décès par cancer du poumon selon le sexe et l’âge entre 1973 et 2003 en France métropolitaine (d’après CépiDc-Inserm)

 
Tous âges
< 65 ans
65 ans et +
 
Nombre
Tauxa
Nombre
Tauxa
Nombre
Tauxa
Deux sexes
      
1973
13 228
27,3
5 212
13,0
8 016
109,8
1983
18 293
35,0
7 631
16,0
10 662
144,8
1993
23 270
40,1
9 067
18,5
14 203
164,7
2003
26 214
39,7
10 389
18,7
15 825
160,8
Hommes
      
1973
11 500
56,6
4 772
24,8
6 758
240,4
1983
16 058
73,5
6 925
30,0
9 133
324,8
1993
20 013
80,9
8 079
33,7
11 934
353,9
2003
20 996
73,1
8 290
30,5
12 706
319,2
Femmes
      
1973
1 728
6,3
470
2,2
1 258
29,7
1983
2 235
7,4
706
2,9
1 529
33,6
1993
3 257
9,7
988
3,9
2 269
43,3
2003
5 218
14,1
2 099
7,3
3 119
53,2

a Taux pour 100 000 standardisés par âge (population de référence : France 1990)

Tableau 5.II Évolution relative des effectifs et des taux de décès par cancer du poumon (en pourcentage) selon le sexe et l’âge entre 1973 et 2003 en France métropolitaine (d’après CépiDc-Inserm)

 
Tous âges
< 65 ans
65 ans et +
 
Évolution des effectifs (%)
Évolution des tauxa (%)
Évolution des effectifs (%)
Évolution des tauxa (%)
Évolution des effectifs (%)
Évolution des tauxa (%)
Deux sexes
      
1973-1983
38
28
46
23
33
32
1983-1993
27
14
19
15
33
14
1993-2003
13
– 1
15
1
11
– 2
1973-2003
98
46
99
44
97
46
Hommes
      
1973-1983
40
30
46
21
35
35
1983-1993
25
10
17
12
31
9
1993-2003
5
– 10
3
– 9
6
– 10
1973-2003
83
29
75
23
88
33
Femmes
      
1973-1983
29
18
50
29
22
13
1983-1993
46
31
40
37
48
29
1993-2003
60
45
112
86
37
23
1973-2003
202
124
347
228
148
79

a Taux pour 100 000 standardisés sur l’âge (population de référence : France 1990)

Pour les femmes, les tendances observées sont très différentes. Les taux de décès sont en progression continuelle depuis les années 1970, la hausse ayant tendance à s’accentuer dans le temps (+ 20 % entre 1973 et 1983, + 30 % entre 1983 et 1993 et + 45 % ensuite). Quelle que soit la période considérée, l’augmentation des taux de décès féminins a été plus marquée pour les décès avant 65 ans que pour les sujets plus âgés et cette tendance se renforce avec le temps. La différence de progression selon l’âge est très nette depuis le début des années 1990 (doublement des taux avant 65 ans mais augmentation modérée après 64 ans).
Les taux de décès restent toujours nettement plus élevés chez les hommes mais le niveau du sex ratio diminue sensiblement (8,3 en 1970 à 5,2 en 2003). Cette réduction de l’écart entre hommes et femmes est particulièrement marquée pour les décès avant 65 ans.

Mortalité selon les départements

Les disparités géographiques de mortalité par cancer du poumon en France sont très importantes (figure 5.3Renvoi vers) (Salem et coll., 2000renvoi vers). Cependant, la distribution des taux de décès est différente selon le sexe. Pour les hommes, un gradient de surmortalité se dessine très nettement dans le nord-est de la France avec des taux augmentés dans le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie (Aisne, Somme), en Lorraine (Meurthe et Moselle, Moselle) et en Champagne-Ardenne (Ardennes, Haute Marne). La seule exception est la Corse avec une mortalité élevée. À l’opposé, avec les taux de décès les plus faibles, on trouve des départements situés dans le sud-ouest des Pays de la Loire à la région Midi-Pyrénées.
Pour les femmes, les départements à forte mortalité sont plus dispersés (les taux de décès sont toujours, quelles que soient les zones géographiques considérées, bien moins élevés que pour les hommes). On peut isoler trois zones de surmortalité : la région parisienne, le nord-est (Lorraine) et certains départements du sud-est (région PACA). Paris ressort avec les taux de décès les plus élevés (alors que pour les hommes, Paris est en sous-mortalité). Une étude à une échelle plus fine met clairement en évidence la plus haute fréquence des décès féminins par cancer du poumon dans les zones les plus urbanisées.
Les taux de décès par cancer du poumon sont plus élevés en France métropolitaine que dans les DOM, en particulier pour les femmes. Entre les DOM, on constate des différences importantes avec des taux minimum en Martinique (que ce soit pour les hommes et pour les femmes) et des taux maximum en Réunion pour les hommes et en Guyane pour les femmes (tableau 5.IIIrenvoi vers). Pour les TOM, on ne dispose pas de données exhaustives de mortalité.
Figure 5.3 Disparités départementales de mortalité par cancer du poumon (taux standardisés) selon le sexe en France métropolitaine (2000-2002) (d’après CépiDc-Inserm)

Tableau 5.III Effectif et taux de décès par cancer du poumon (C33-C34) selon le sexe et l’âge, pour la période 2001-2003 dans les départements d’Outre-mer (DOM)

 
Tous âges
< 65 ans
65 ans et +
 
Nombre
Tauxa
Nombre
Tauxa
Nombre
Tauxa
Deux sexes
      
Guadeloupe
157
15,4
61
6,2
96
69,0
Martinique
115
10,8
40
4,2
75
48,8
Guyane
34
18,1
17
7,3
17
80,5
Réunion
375
30,4
158
11,4
217
140,2
Hommes
      
Guadeloupe
118
25,9
47
9,9
71
118,3
Martinique
87
18,4
34
7,7
53
80,6
Guyane
25
28,5
13
11,2
12
128,4
Réunion
327
64,1
134
20,3
193
317,3
Femmes
      
Guadeloupe
39
7,0
14
2,9
25
31,1
Martinique
28
4,7
6
1,2
22
25,3
Guyane
9
8,6
4
3,0
5
40,9
Réunion
48
6,5
24
3,1
24
26,4

a Taux pour 100 000 standardisés par âge (population de référence : France 1990)

Mortalité dans les autres pays

Par rapport aux pays de l’Europe de l’Ouest, la France se distingue par des taux de décès élevés avec deux caractéristiques importantes par rapport aux autres pays : pour les hommes, taux de décès les plus élevés en termes de mortalité « prématurée » (avant 65 ans) (figure 5.4Renvoi vers) et, pour les femmes, progression actuelle la plus marquée des taux de décès (Jougla et coll., 2002renvoi vers et 2004renvoi vers).
Le tableau 5.IVrenvoi vers indique les taux de mortalité standardisés pour plusieurs pays d’Europe chez l’homme et chez la femme.
Figure 5.4 Disparités de mortalité par cancer du poumon entre pays européens (taux standardisés par l’âge sur la population européenne de référence) pour le sexe masculin, avant 65 ans (1994-1996) (données Eurostat)

Tableau 5.IV Mortalité par tumeur du larynx, de la trachée, des bronches et du poumon entre pays européens (taux pour 100 000 personnes-années standardisés par âge sur la population européenne de référence, année 2003)

Pays
Tous âges
< 65 ans
 
Sexe masculin
Sexe féminin
Sexe masculin
Sexe féminin
Autriche
55,4
17,0
25,3
9,9
Belgique 1997
107,0
16,0
42,0
8,8
Danemark 2001
67,1
41,8
22,0
18,3
Allemagne
57,7
16,4
24,5
9,1
Grèce
75,0
11,5
34,2
5,4
Espagne
74,9
7,9
34,7
4,8
Finlande
49,7
49,7
14,8
5,8
France Métropolitaine
68,2
13,1
36,1
8,3
Irlande
58,3
27,5
20,6
10,7
Italie 2002
73,2
13,6
26,7
6,3
Luxembourg (Grand-Duché)
74,2
22,3
28,0
11,2
Pays-Bas
74,1
27,4
22,9
15,7
Portugal
51,2
7,9
27,5
4,3
Suède
32,0
20,4
11,4
10,2
Royaume-Uni
56,9
30,1
18,2
11,4

Bibliographie

[1] aouba a, péquignot f, le toullec a, jougla e. Les causes médicales de décès en France et leurs évolutions récentes, 1980-2004. Bul Epidémiol Hebd. 2007; 35-36:308314Retour vers
[2] jougla e, salem g, gancel s, michel v, kurzinger ml, et coll.. Atlas de la mortalité dans l’Union européenne. Commission Européenne, Statistiques de la santé, Eurostat, Thème 3, Population et conditions sociales. 2002; 119 p Retour vers
[3] jougla e, salem g, rican s, pavillon g, lefèvre h. Disparités de la mortalité par cancer dans l’Union Européenne. Oncologie. 2004; 6:548554Retour vers
[4] salem g, rican s, jougla e. Atlas de la santé en France - Les causes de décès. Vol. 1. Éditions John Libbey; 2000; 187p Retour vers

→ Aller vers le SOMMAIRE de l'ouvrage
Copyright © 2008 Inserm