Afficher la notice abrégée

dc.contributor.authorSimon, Marie-
dc.contributor.editorInsermfr
dc.date.accessioned2020-08-14T14:12:09Z
dc.date.available2020-08-14T14:12:09Z
dc.date.issued2019-
dc.identifier.citationSimon, Marie. Cancérologie : Sous les feux de l'hyperion. Inserm le magazine (Paris), 2019, N° 45, p. 36-39-
dc.identifier.issn2534-5397-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10608/10318
dc.description.abstractDepuis une vingtaine d'années, les tumeurs malignes ne sont plus considérées comme de simples amas de tissus qui se seraient développés de manière chaotique, mais comme d'authentiques écosystèmes miniatures. En leur sein, cellules de l'immunité et cellules cancéreuses interagissent de manière complexe. Mais de leurs affinités réciproques émerge parfois un phénomène malheureux : une inhibition de la réponse immunitaire anti-tumorale,la réponse naturelle du corps pour interrompre la progression du cancer. Percer à jour les lois qui régissent les relations entre ces populations cellulaires sera pourtant nécessaire si l'on veut comprendre pourquoi encore si peu de patients réagissent favorablement aux immunothérapies et, à terme, pour mettre au point de nouveaux traitements. C'est l'ambition des chercheurs de l'Institut de recherche en cancérologie de Montpellier (IRCM), qui se transforment pour l'occasion en véritables explorateurs du microenvironnement tumoral. Or, pour tout territoire à peine foulé du pied, il convient d'abord d'en tracer la carte. Pour les y aider, une intrigante machine ronronne désormais à leurs côtés : l'Hyperion. Associée au cytomètre par spectrométrie de masse (CyTOF) baptisé l'Helios, cette plateforme, la première de son genre en France, est capable, à partir d'une biopsie de tumeur solide, d'analyser une cinquantaine de paramètres cellulaires simultanément... permettant ainsi de visualiser de manière fine qui communique avec qui au sein du tissu. Armés de ce spectaculaire outil, les chercheurs espèrent élucider les mystères écologiques de la tumeur, et comprendre comment elle organise la résistance. C'est parti pour une déambulation de la cellule au soleil, afin d'apprécier la puissance de l'Helios et de l'Hyperion, les Titans tranquilles. Photos : François Guénetfr
dc.language.isofr-
dc.publisherInsermfr
dc.relation.ispartofRubrique : Reportagefr
dc.relation.ispartofseriesInserm le magazine-
dc.rightsDocument en accès libre - http://www.ipubli.inserm.fr/mentionsfr
dc.sourceInserm le magazine [ISSN papier : 2610-3869 ; ISSN numérique : 2534-5397], 2019, N°45, p.36-39-
dc.subject.meshTumeursfr
dc.subject.meshImmunitéfr
dc.subject.otherytomètre par spectrométrie de masse (CyTOF)fr
dc.subject.otherHypérionfr
dc.subject.otherInstitut de recherche en cancérologie de Montpellifr
dc.subject.othercancérologiefr
dc.subject.otherimmunothérapiefr
dc.subject.othertumeursfr
dc.subject.otherbiopsiefr
dc.titleCancérologie : Sous les feux de l'hyperionfr
dc.typeArticlefr


Fichier(s) constituant ce document

Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail

Ce document figure dans la(les) collection(s) suivante(s)

Afficher la notice abrégée