En plein développement, les jeux de hasard et d’argent arrivent maintenant au domicile du joueur grâce à Internet. Si pour de nombreuses personnes ils ne constituent qu’une activité récréative, pour d’autres, une pratique excessive peut entraîner des conséquences au niveau individuel, familial et socio-professionnel. Chez certains joueurs, le jeu peut atteindre la dimension d’une conduite addictive. Le « jeu pathologique » est devenu une préoccupation des pouvoirs publics mais aussi des opérateurs de jeu.

La nécessité d’apporter aide, soutien et soin aux personnes en difficulté avec le jeu a motivé la demande faite à l’Inserm par la Direction générale de la santé, d’une expertise collective. Cette expertise collective rend compte à la fois d’un phénomène individuel et collectif, social etmédical et analyse l’addiction au jeu en relation avec les autres addictions et le contexte dans lequel elle se développe.

Dans cette expertise

Rapport complet, 889 p. :

"Inserm (dir.). Jeux de hasard et d'argent : contextes et addictions. Rapport. Paris : Les éditions Inserm, 2008, XIV - 479 p.- (Expertise collective) - http://hdl.handle.net/10608/103"
[Parcourir]
[Accéder par chapitre Ecouter]
[Télécharger le PDF]
[Notice bibliographique]

Synthèse et recommandations, 85 p. :

[Télécharger le PDF]
[Notice bibliographique]

Groupe d'experts et auteurs

  • Jean ADÈS, Service de psychiatrie, Hôpital Louis Mourier, Colombes
  • Elisabeth BELMAS, Histoire moderne, Université Paris XIII, Maison des sciences de l’Homme, Paris-Nord
  • Jean-Michel COSTES, Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), Saint-Denis
  • Sylvie CRAIPEAU, Sociologie, Institut national des télécommunications, Évry
  • Christophe LANÇON, Service de psychiatrie adulte, CHU Sainte-Marguerite, Marseille
  • Michel LE MOAL, Neurogenèse et physiopathologie, unité Inserm 862, Neurocentre Magendie, Bordeaux
  • Jean-Pierre MARTIGNONI, Groupe de recherche sur la socialisation, Faculté d’anthropologie et de sociologie, Université Lumière-Lyon 2, Bron
  • Sophie MASSIN, Économie de la santé publique, Université du Panthéon-Sorbonne (Paris I), Paris
  • Jean-Pol TASSIN, Collège de France, Génétique moléculaire, neurophysiologie et comportement, unité Inserm UMR 7148, Paris
  • Marc VALLEUR, Psychiatrie, Hôpital Marmottan, Centre de soins et d’accompagnement des pratiques addictives, Paris
  • Martial VAN DER LINDEN, Unité de psychopathologie et neuropsychologie cognitive, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Université de Genève, Genève, Suisse
  • Jean-Luc VENISSE, Centre de référence sur le jeu excessif, Pôle universitaire d’addictologie et psychiatrie, CHU Nantes, Nantes
A rédigé une note de lecture
  • Michel LEJOYEUX, Unité fonctionnelle de psychiatrie d'urgences adultes, tabacologie, alcoologie, Hôpital Bichat-Claude-Bernard, Paris
Ont présenté une communication
  • Christian BUCHER, Psychiatre des Hôpitaux, CH de Jury, Metz
  • Colas DUFLO, Philosophie, Université de Picardie Jules Verne, Amiens
  • Alain EHRENBERG, Centre de recherche psychotropes, santé mentale, société (CESAMES), UMR 8136 CNRS, unité Inserm 611, Université René Descartes-Paris 5, Paris
  • Robert LADOUCEUR, École de psychologie, Université Laval, Québec, Canada
  • Etienne MARIQUE, Président de la commission des jeux de hasard, Bruxelles, Belgique
  • Gilles PAGÈS, Laboratoire de probabilités et modèles aléatoires, UMRCNRS 7599, Université Pierre et Marie Curie, Paris
  • Olivier SIMON, Centre du jeu excessif, Section d’addictologie, Service de psychiatrie communautaire, Département de psychiatrie du CHUV, Lausanne
  • Serge TISSERON, Laboratoire de psychopathologie des atteintes somatiques et identitaires, Université Paris X, Nanterre
Coordination scientifique, éditoriale, bibliographique et logistique
  • Elisabeth ALIMI, chargée d’expertise, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Fabienne BONNIN, attachée scientifique, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Catherine CHENU, attachée scientifique, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Jeanne ÉTIEMBLE, directrice, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Cécile GOMIS, secrétaire, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Anne-Laure PELLIER, attachée scientifique, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Chantal RONDET-GRELLIER, documentaliste, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris