Afficher la notice abrégée

dc.contributor.authorHardin-Pouzet, Hélène-
dc.contributor.authorMorosan, Serban-
dc.date.accessioned2020-12-07T10:20:31Z
dc.date.available2020-12-07T10:20:31Z
dc.date.issued2019
dc.identifier.citationHardin-Pouzet, Hélène ; Morosan, Serban ; Des souris, des rats et des hommes : En quoi les modèles rongeurs restent indispensables pour la production de connaissances, Med Sci (Paris), Vol. 35, N° 5 ; p. 479-482 ; DOI : 10.1051/medsci/2019082
dc.identifier.issn1958-5381
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10608/10405
dc.description.abstractLa recherche biomédicale est considérée par nos sociétés comme une nécessité et les réflexions sur les moyens à mettre en œuvre pour la développer s’accordent sur le constat que : « à défaut de pouvoir expérimenter sur l’homme, l’expérimentation animale est indispensable » [1]. Celle-ci, pour être légitime, doit respecter la fameuse règle des 3R (Raffiner, Remplacer, Réduire) énoncée dès 1959 par Russell et Burch [2]. En effet, bien que permettant certaines approches moléculaires, expérimentales ou modélisées, les méthodes alternatives conservent un caractère réducteur et ne permettent pas d’appréhender l’ensemble d’un organisme au sein de son environnement. À ce jour, il reste donc encore indispensable d’utiliser des modèles animaux pour générer des connaissances valides en recherche fondamentale et appliquée. La recherche fait ainsi appel à une grande variété d’organismes-modèles, parmi lesquels les rongeurs (rats et souris) sont les plus utilisés : en France, en 2016, 59,6 % des animaux utilisés pour la recherche étaient des souris et 8,9 % étaient des rats [3]. Le propos de cet article est de montrer en quoi les rongeurs sont des modèles expérimentaux importants et de donner quelques exemples des connaissances nouvelles qu’ils ont apportés.fr
dc.language.isofr
dc.publisherEDP Sciences
dc.relation.ispartofForum
dc.rightsArticle en libre accès - License CC BY 4.0 [http://creativecommons.org/licenses/by/4.0]fr
dc.rightsMédecine/Sciences - Inserm - SRMSfr
dc.sourceM/S. Médecine sciences [ISSN papier : 0767-0974 ; ISSN numérique : 1958-5381], Vol. 35, N° 5; p. 479-482
dc.subject.meshAnimauxfr
dc.subject.meshRecherche biomédicalefr
dc.subject.meshModèles animaux de maladie humainefr
dc.subject.meshFrancefr
dc.subject.meshHistoire du 20ème sièclefr
dc.subject.meshHistoire du 21ème sièclefr
dc.subject.meshHumainsfr
dc.subject.meshSavoirfr
dc.subject.meshMâlefr
dc.subject.meshMédecinefr
dc.subject.meshSourisfr
dc.subject.meshModèles animauxfr
dc.subject.meshPrix Nobelfr
dc.subject.meshPublicationsfr
dc.subject.meshRatsfr
dc.subject.meshRodentiafr
dc.subject.meshSciencefr
dc.subject.meshméthodesfr
dc.subject.meshstatistiques et données numériquesfr
dc.subject.meshtendancesfr
dc.subject.meshépidémiologiefr
dc.titleDes souris, des rats et des hommes : En quoi les modèles rongeurs restent indispensables pour la production de connaissancesfr
dc.title.alternativeMice, rats and men: how rodent models are still required to produce knowledgeen
dc.typeArticle
dc.contributor.affiliationSorbonne Université, UM 119, Inserm UMRS 1130, CNRS UMR 8246, Neuroscience Paris Seine, Institut de Biologie Paris Seine, 7, quai Saint-Bernard, 75005 Paris, France
dc.contributor.affiliationSorbonne Université, UMS 28, Inserm, Faculté de Médecine, F-75013 Paris, France
dc.identifier.doi10.1051/medsci/2019082
dc.identifier.pmid31115332


Fichier(s) constituant ce document

Thumbnail
Thumbnail
Thumbnail

Ce document figure dans la(les) collection(s) suivante(s)

Afficher la notice abrégée